Paroisse St Pierre en Pays Roussillonnais diocèse de GRENOBLE VIENNE (38)

Denier de l’Eglise : Avez-vous pensé à donner votre Denier pour l’année 2021 ?

C’est la ressource la plus importante du diocèse.
Le Denier sert à rémunérer les prêtres, en activité et en retraite, les séminaristes, et les salariés laïcs. Tout au long de l’année, l’Eglise vous accompagne et est présente aux  moments importants de votre vie (mariages, baptêmes, funérailles…), elle vous accueille aussi chaque jour au sein des communautés paroissiales, apporte son soutien aux plus démunis et œuvre pour la paix.
En participant au Denier, vous donnez à l’Eglise les moyens de mener à bien sa mission.
Vous trouverez au fond de votre église le document vous permettant de verser votre contribution.
Soit par chèque, soit en prélèvement automatique, soit en ligne sur le site du diocèse : www.diocese-grenoble-vienne.fr.
Jusqu’au 31 décembre 2022 vous bénéficierez d’une déduction fiscale de 75 % de votre don.

1er dimanche de l’Avent

Dimanche 28 novembre 2021

"La venue du Fils de l'homme"

En ce temps-là, Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées et désemparées par le fracas de la mer et des flots. Les hommes mourront de peur dans l’attente de ce qui doit arriver au monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée, avec puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.
Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste comme un filet ; il s’abattra, en effet, sur tous les habitants de la terre entière. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »

Lc 21,25-28.34-36

En ce premier dimanche de l'Avent, la nouvelle traduction du missel romain en français entrera en vigueur dans nos paroisses.
Elle est l'occasion de déployer la richesse et le sens de la célébration de l'Eucharistie.
Cette traduction se veut fidèle au texte original, à la langue dans laquelle le missel est traduit et fidèle à l'intelligence du texte prié par les destinataires.
Un guide pour suivre la nouvelle traduction de la messe sera disponible dans les églises, vous pouvez également le retrouver sur le site du diocèse.
­
Voir le guide

­

­

Les lectures du jour

Sur la paroisse :

 

Sur France 2 télévision le dimanche : 

  • 11h00  Messe  Le Jour du Seigneur

Sur KTO tous les jours (Liens Internet, Les Média chrétiens, KTO TV) :

  • à 10h00, Messe à la grotte de Lourdes.
  • à 18h15, Messe à Saint-Germain-l’Auxerrois.

Télécharger le fichier

Bernard BUISSON - Diacre

HOMELIE DU 1er dimanche de l’Avent C

28 Novembre 2021

Jérémie : 33,14-16  1TH3,12-4,2   Luc 21,25-28 .34-36

« Jésus parlait à ses disciples de sa venue »

Nous entrons aujourd’hui, dans le temps de l’Avent.

Le cycle liturgique nous amène chaque année à nous plonger  dans l’attente de l’évènement qui récapitulera  tout dans le Christ (Eph, 1,10)

« Alors, Dieu sera tout dans tous »  (1CO15,18)

L’Avent c’est l’Avènement –La venue du Christ dans la gloire- pour mettre un point d’orgue sur l’humanité en la faisant participer  définitivement à la gloire de Dieu .

« Car la vie éternelle c’est de te connaître, toi le seul Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jean 17,3)

Mais, évidemment, l’Avent évoque pour nous un autre évènement, bien concret celui-là : Noël, la venue de Dieu  dans l’humanité, pour lui manifester son  amour et lui montrer que les hommes et les femmes de ce monde ont du prix à ses yeux.

Les deux évènements, les deux avènements, loin de s’opposer, s’éclairent l’un l’autre.

Si Dieu a voulu, par le Christ, vivre l’aventure humaine avec ses créatures, ce n’est pas pour les abandonner au néant,  mais bien pour les faire vivre de sa vie : La vie éternelle.

C’est cela que le prophète Jérémie dit dans la première lecture : « Voici venir des jours  où j’accomplirai  la promesse du bonheur que j’ai adressée à Israël et à Juda : je ferai naître chez David, un germe de justice. » Ce germe de justice, c’est Jésus, cette promesse de bonheur, c’est la vie éternelle.

Pour le dire autrement : l’Avent  c’est l’humanisation de Dieu à Noël, et la divinisation de l’Homme  à la parousie (la fin des temps)

Cependant, nous comprenons bien  que la venue du Christ, l’objet de notre attente, est intemporelle. Nous sommes hors histoire. Nous sommes déjà dans la vie divine. Mais, parce qu’il nous faut des repères pour vivre sur terre, Noël vient à point nommé nous redire chaque année que nous sommes appelés à la transcendance (cf Maurice Zundel)

En  effet, c’est Noël chaque fois que l’amour est premier, et c’est  tous les jours  le Jugement dernier,  dixit  Albert Camus. Car c’est chaque jour que Dieu nous relève, chaque jour qu’il  nous justifie et nous fait passer de pécheur à la sainteté.

Nous devons  dissiper un malentendu. Dieu n’est pas au-dessus de nous, ni en dehors de nous, ni même vis-à-vis de nous. Il est en nous, nous vivons de sa vie, il vit de la notre.

C’est tout le sens  de l’incarnation : « Si le Christ  est en vous, votre corps a beau être voué à la mort à cause du péché, l’Esprit est votre vie, parce que vous êtes devenus des justes » (Ro 8, 10)

C’est la belle formule du baptême : Tu es maintenant baptisé, tu es membre du corps du Christ, tu participes à sa dignité de prêtre de prophète et de roi »

Devenus Christ par le baptême, nous sommes comme lui, avec lui, fils et héritiers, pour « être avec lui dans la gloire » (Ro 5)

Donc, l’Avent, la venue du Christ, même si elle se situe hors de notre temps d’Homme, est l’aboutissement de la promesse faite par Dieu de donner le Salut, la vie éternelle et  sa gloire, à tous ses fils.

Mais cette attente ne peut pas être passive. Puisque Dieu se fait  nous,  et que « nous serons semblables à lui » (Jean 3,2), nous avons notre part à prendre à la construction du Royaume. C’est ce que  dit Saint Paul (deuxième lecture Th3,12) « Ayez à l’égard des hommes un amour de plus en plus intense, Faites de nouveaux progrès »

De même, dans l’Evangile,  Saint Luc après avoir  décrit la fin du monde en  termes catastrophiques, rapporte les paroles de Jésus à ses disciples : «  Redressez vous, levez la tête, tenez vous sur vos gardes, restez éveillés, priez, car votre rédemption approche »

Notre attente sera confiante parce que la Parole de Dieu est une Parole sure. Nous devons donc  savoir raison garder face à des évènements qui, pour la plupart, nous échappent.

 Le réchauffement climatique, la pollution, les crises économiques, financières, sanitaires, la perte des valeurs morales, ce sont là des inquiétudes que n’éprouve  pas le tiers de la population du monde qui  a faim.

Nous sommes confiants parce que nous sommes acteurs, donc  responsables d’un monde plus fraternels, plus juste et plus humain.

Dieu ne nous a pas créés sujets, mais fils et filles. Dieu ne nous a pas crées objets mais créateurs

« Dieu a créés des créateur »s selon la belle formule de Bergson.

Chers amis, mettons à profit cette attente confiante  pour revoir nos comportements  vis-à-vis de notre entourage, vis-à-vis de la société, vis-à-vis de l’Eglise,  etc...

Sommes bien ces créateurs  auxquels Dieu confie son œuvre originelle ?

Saisissons  l’occasion que nous donne la Synode de l’Eglise Universelle initié par le Pape François,  pour réfléchir avec d’autres  et le Saint Esprit, à la manière de rendre notre Eglise  plus à l’écoute des cris du monde, et plus disposée à vivre avec les hommes et les femmes de ce temps.

N’espérons pas tenir tout seul.
L’Eglise est avec nous,  la prière est pour nous, Dieu est en nous

Ainsi nous pouvons dire avec toute l’humanité ces derniers mots du dernier chapitre de notre bible

« Marana tha »  « Viens Seigneur Jésus. »

Amen

Bernard Buisson, diacre
28.11.2021

Synode 2021 2023 – Pour une église synodale – Communion/participation/mission

A l’invitation du Pape François, l’ensemble du peuple de Dieu est invité à vivre une expérience synodale de communion, participation et mission à travers un temps d’écoute, de dialogue, de discernement sous la conduite de l’Esprit Saint pour avancer ensemble. Pour relayer cela au niveau paroissial, nous vous proposons de réfléchir ensemble selon les thèmes du synode en participant à l’un ou l’autre des ateliers.

 

  • Dialoguer dans l’Eglise et la société :

15/11 de 18h à 19h30 – Salle Saint Jean Baptiste, église de Saint Clair avec Bernard BUISSON (Diacre)

26/11 18h. chez Christine JAVAYON, 6 rue de Lioure à Saint Maurice l’Exil avec repas partagé.

  • Ecouter : « Comment les laïcs sont-ils écoutés ? »

16/11 18h Salle St Jean Baptiste, église de Saint Clair du Rhône avec Marie-Claude PILLON.

25/11 18h Salle de la Mairie à Ville sous Anjou avec Agnès FINAND.

  • Autorité et participation : « Une Eglise synodale est une Eglise de la participation et de la coresponsabilité » 

17/11 18h Maison paroissiale de Chambalud avec Thierry MERLE (Diacre)

  • Les compagnons de voyage :« Dans notre Eglise locale, quels sont ceux qui marchent ensemble ? »

18/11 18h Saint Maurice l’Exil, salle Saint Louis avec Père Davy.

20/11 15h Salle Notre Dame aux Cités. (Pour l’aumônerie et les paroissiens).

  • Prendre la Parole :« Tous sont invités à parler avec courage en conjuguant liberté, vérité et charité »

19/11 19h église de Cheyssieu avec Nicole GAILLARD et Père Basile.

  • Célébrer :« Comment la prière, la Parole et les célébrations liturgiques nous inspirent-elles et nous aident-elles à avancer ? »

18/11 18h Notre Dame des Cités avec Père Jean-Hugues.

25/11 18h église d’Agnin avec Père Jean-Hugues.

 

Les fruits de la réflexion de chaque atelier seront ensuite transmis au Diocèse en Janvier 2022 pour une synthèse en vue de l’Assemblée Synodale des Évêques à Rome en 2023.

Lettre de Mgr de Kerimel aux fidèles du diocèse à propos du rapport de la CIASE

Télécharger le fichier

Frères et sœurs,

Je veux, par ces quelques lignes, vous rejoindre en cette période éprouvante, et vous dire ma proximité. La remise du rapport Sauvé a fait découvrir brutalement l’ampleur des abus sexuels sur mineurs dans l’Église catholique depuis 1950. Jamais nous n’aurions imaginé un nombre aussi élevé de victimes, une telle somme de souffrance chez des enfants détruits ou blessés à vie. Un tel choc nous éprouve, même lorsque l’on s’y est préparé et que l’on est confronté à ces problèmes depuis quelques années, ce qui est mon cas. Je comprends les réactions de déni ou de révolte, la tentation de quitter cette barque qui semble pourrie, la honte d’être membre de notre Église. « À toi la Gloire, Seigneur, à nous la honte » disait le prophète Daniel, cité par le pape François lors de l’audience de mercredi dernier, à propos du rapport de la CIASE.

Ecrasés face au mystère du mal révélé dans toute son horreur, nous avons besoin de parler, mais aussi de prier en silence : Je vous encourage à vous réunir pour parler, pour exprimer vos émotions et vos réactions. Je vous invite aussi à prendre le temps de prier, de laisser se calmer les réactions premières, pour écouter ce que le Seigneur veut nous dire à travers ce rapport douloureux. Priez aussi pour vos prêtres dont une très grande majorité a servi et sert fidèlement le Christ et l’Église ; à eux je redis ma confiance.

Il me semble que ce choc peut être salutaire pour l’Église et nous engager sur le chemin de conversion qu’attend de nous le Seigneur. Il nous faut regarder la réalité en face sans désespérer et prendre les moyens d’être une maison sûre où tous peuvent trouver leur place sans rien craindre. Les évêques de France, réunis à Lourdes au mois de novembre prochain, reprendront le rapport et poursuivront le travail entrepris depuis quelques années pour éradiquer ce mal de l’Église. La lutte contre le cléricalisme et le développement d’un fonctionnement plus synodal dans l’Église, voulus par le pape François, vont dans ce sens.

Les mesures prises dans le diocèse, tant sur l’écoute des victimes que sur la prévention des abus, sont une bonne chose. Il faudra poursuivre notre effort, dans l’humilité et l’espérance, pour que le visage du Christ transparaisse de manière plus claire sur le visage de l’Église.

Je compte sur vous pour qu’ensemble, nous travaillions à être de vraies communautés de disciples-missionnaires. Merci pour votre engagement.

† Guy de Kerimel
évêque de Grenoble-Vienne

Messe des paras à St Clair du Rhône le 30 octobre 2021

Fête des paras à Saint Clair du Rhône pour le trentième anniversaire de la section UNP 380

Des délégations de paras des sections UNP Rhône Alpes avaient rendez-vous à Saint Clair du Rhône le samedi 30 octobre, pour fêter le trentième anniversaire de la création de la section UNP 380 Isère. La journée a débuté avec une messe à l'église de la commune.

Télécharger le fichier

Bernard BUISSON - Diacre

HOMÉLIE DE LA MESSE DES PARACHUTISTES
DU 30 OCTOBRE 2021 A SAINT CLAIR DU RHONE    (30ème samedi année b)
Fête de Saint Michel patron des parachutistes
30ème anniversaire de la section 380 révérend Père Delarue

RO 11, 11-12.25-29 ; Luc 14,1.7-11
 

Je suis heureux et honoré de commenter devant vous la Parole de Dieu de ce jour.

C’est une grâce et un privilège. J’en remercie le Père Basile qui préside cette Eucharistie.

Je suis impressionné devant ce parterre de Drapeaux, de bérets, rouges, verts, noirs, en face de toutes ces décorations qui disent tant de générosité, d’abnégation, de courage certainement, de blessures physiques et psychiques peut-être.

Et pourtant vous êtes là, rassemblés pour prier, pour vous en remettre humblement à la bonté et à la miséricorde de Dieu.

Avant d’aborder ce passage de l’Evangile de Saint Luc et cette surprenante injonction de Jésus : « qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé », je voudrais attirer votre attention sur la lecture, qu’a faite votre collègue parachutiste, de la lettre de Saint Paul aux chrétiens de Rome.

Saint Paul qui est à Corinthe, envisage de se rendre en Espagne en passant par Rome.

Or, il apprend que de graves tensions se font jour à Rome entre les chrétiens convertis du judaïsme (les judéo-chrétiens) et les païens qui ont embrassé la doctrine du Christ (les pagano-chrétiens)

Nous sommes en 57, Saint Paul ne veut pas voir ces nouvelles communautés chrétiennes, qui se sont constituées souvent à l’initiative des femmes, se diviser sur des points de détails.

Il écrit donc aux chrétiens de Rome une lettre qui reprend l’essentiel de la foi chrétienne et dont le cœur du message est : la justification par la foi, c'est-à-dire : c’est Dieu qui sauve.

Pourquoi ce message est-il si important pour nous aujourd’hui ? et spécialement ce passage du chapitre 11 de st Luc que nous avons entendu en première lecture ?

Parce que, me semble-t-il, il est rassurant dans la période chahutée que nous vivons : pandémie brutale, guerres fratricides, trahisons, parjure, mépris de la vie humaine dès son origine, perte de la foi, etc...

Parce que nous y lisons, en référence à la vie du peuple juif, que d’un mal peut naître un bien.

Ecoutons saint Paul : « Dieu a-t-il rejeté son peuple ? NON.

Ceux d’Israël ont-ils vraiment trébuchés pour vraiment tomber ? PAS DU TOUT ; »

Certes le peuple d’Israël a fauté en se détournant de Dieu. Mais il a montré aux païens qu’en étant néanmoins sauvé, il leur permettait de goûter, eux aussi, à la joie du Salut.

« Les dons gratuits de Dieu, et son appel, sont sans repentance. »

J’en viens maintenant à l’Evangile du jour.

Jésus est invité chez un chef de pharisiens à un repas festif auquel participaient beaucoup d’autres juifs pieux. Les pharisiens sont des religieux rigoureux dans le respect de la loi de Moïse

Jésus remarque et fait remarquer à son hôte que beaucoup viennent prendre les premières places.

A l’époque on mangeait couché, être dans les premières places permettait d’être mieux servi mais surtout d’être mieux entendu du personnage influent qu’était le chef, organisateur du festin.

Jésus étonné prononce cette sentence :  « Qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé »

ATTENTION ! Jésus ne fait pas de morale, il n’édicte pas une règle sociale. Jésus fait de la théologie (la science de Dieu) Il parle du Royaume. Il indique par là que le Royaume de Dieu, celui qui nous est promis, n’est pas réservé à ceux qui feront le plus d’effets de manchette, le plus de zèle, qui auront le plus joué des coudes pour avancer dans notre monde. Mais au contraire, il est promis à ceux qui auront fait place aux petits, aux faibles, aux blessés de la vie, à ceux qui auront le plus aimé, le plus pardonné, à ceux qui auront fait œuvre de justice et de paix.

Jésus est d’autant plus sévère qu’il s’adresse à des pharisiens qui s’estiment supérieurs aux autres et qui le leur font sentir.

Nous comprenons à la lecture de ce texte comme il est important de replacer ce récit dans son contexte, à une époque et dans une culture si éloignée de la nôtre.

Ceci est valable de nos jours où nous voyons porter des jugements sur des actions qui se sont écoulées dans un autre contexte, et dans un autre lieu que ceux que nous connaissons « hic et nunc »

Nous comprenons bien que nous ne pouvons pas vivre cette sentence à la lettre.

Car s’il n’y avait pas eu, depuis la nuit des temps, des hommes et des femmes qui se sont élevés par leur travail, leur recherche, leur intelligence et leur sagacité, nous serions encore à l âge des cavernes.

Que serions-nous, si Socrate, Thalès, Pythagore, Galilée, Léonarde Vinci, Pasteur... et bien d’autres, ne s’étaient pas élevés pour le bien de l’humanité ?

Que serions-nous, si des hommes comme vous, gradés ou non, ne s’étaient pas levés pour défendre l’Honneur et la Patrie ? 

Pour conclure je vous livre quelques vers de cet hymne que nous lisons à l’office des Laudes pour les pasteurs et les docteurs :

Heureux ceux que Dieu a placés

Dans une terre à travailler

En y tenant une espérance !

L’œuvre de Dieu n’est pas finie :

Au long des jours, au long des nuits,

Il fait lever dans le silence

L’Arbre aux oiseaux, l’Homme Jésus

Pour que son règne soit connu.

Amen

Bernard Buisson, diacre

30.10.2021

Famille Amoris Laetitia Année 2021 – 2022

Pourquoi une année consacrée à la famille ?

Le 19 mars 2021, l'Église célèbre les 5 ans de la publication de l'exhortation apostolique Amoris Laetitia sur la beauté et la joie de l'amour familial. Le même jour, le pape François inaugure l'Année « Famille Amoris Laetitia » qui se terminera le 26 juin 2022 à l'occasion de la Xe Rencontre Mondiale des Familles à Rome avec le Saint-Père.

Plus de renseignements, sur le site de notre Diocèse en cliquant ICI.

Restez connectés, cette page sera alimentée tout au long de l'année ! 

Le Secours Catholique de Roussillon a grand besoin de ….

A l’approche de l’hiver, le Secours Catholique de Roussillon a grand besoin de couvertures et de couettes, mais aussi de draps et de serviettes, afin de pouvoir répondre aux besoins des plus démunis.

Vos dons peuvent être déposés au local (1 rue Jean Moulin à Roussillon derrière la chapelle des Cités) les mardis, mercredis et vendredis entre 13h30 et 16h30 (15h les mardis).

Merci de votre générosité.

La campagne nationale de Secours Catholique débutera le week-end des 20 et 21 novembre prochains ; elle a pour but de nous faire connaître et de solliciter la générosité des donateurs afin de mieux aider les personnes en difficulté. A cette occasion, nous vous proposerons bougies et gâteaux à la sortie des prochaines messes fin novembre et début décembre.

Par ailleurs, pour aider les familles au moment de Noël, le Secours Catholique de Roussillon organisera une braderie de jouets le samedi 4 décembre de 9h à 16h à son local du 1 rue Jean Moulin (derrière la chapelle des Cités). Pour approvisionner cette braderie, vous pouvez déposer au local les jeux et jouets que vous n’utilisez plus, les mardis, mercredi et vendredis de 13h30 à 16h ; d’avance merci.

Notre équipe a toujours besoin de nouveaux bénévoles pour ses activités : vous pouvez nous contacter au 04 74 29 67 11, nous écrire à l’adresse  roussillon.secourscatholique@sfr.fr  ou passer au local.

A bientôt.

Restez informés : Inscrivez-vous

En indiquant votre adresse email vous consentez à recevoir nos lettres par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment et via les liens de désinscription.

Informations de la Paroisse

Informations novembre 2021

30 octobre 2021

Pour accéder à la feuille des informations paroissiales de novembre 2021 ...

  Télécharger le fichier

Messages, homélies et méditations

Intentions de Messes

Pour les confier à la prière de l’Eglise

Demander une messe, c’est dire merci et rendre grâce à Dieu pour un évènement particulier dans votre vie ou celle des autres : un anniversaire, une réconciliation, une guérison, une conversion, une naissance …

Demander une messe, c’est aussi confier à Dieu, les intentions qui vous sont chères : un décès, un proche qui est souffrant, des défunts, un moment difficile, les vocations, les prêtres …

Comment offrir une messe ?

Chaque messe a une valeur universelle et est célébrée pour l’Eglise et pour le monde entier. Vous pouvez demander au prêtre et à toute la communauté chrétienne de porter votre intention lors d’une messe.

A cette occasion, vous êtes invités à faire une offrande.

Combien donner et à quoi sert l’argent versé ?

         C’est une manière simple et concrète de vous associer à la célébration de l’Eucharistie et d’aider les prêtres de votre diocèse. Il s’agit d’un acte de partage de la part des fidèles.

A titre indicatif, l’offrande conseillée est de 18 € pour une messe.

Les offrandes de messe assurent un complément de traitement des prêtres (de leur salaire).

Règlement de préférence par chèque à l’ordre de Paroisse St Pierre en Pays Roussillonnais à remettre au moment de la demande ou au plus tard à l’issue de la messe.

Vous voudrez bien transmettre vos intentions une dizaine de jours à l’avance ou au     plus tard le jeudi matin avant la date demandée

  • Soit par téléphone à la Maison Paroissiale du Péage de Roussillon 04 74 86 29 57 (répondeur)
  • Soit par courrier à la Maison Paroissiale 4, rue Bayard 38 550 Le Péage de Roussillon
  • Soit par courriel maison.paroissiale@pspepr.fr

 

Notre paroisse

capture-decran-2019-11-06-a-11-41-25

Facebook du Diocèse

Les sacrements

Tout au long de votre vie, recevez les sacrements de Dieu

Certificat de baptême

Vous avez été baptisé dans cette paroisse, alors vous pouvez nous demander votre certificat de baptême en remplissant le formulaire.

Cliquez ici

Organiser un événement !

Vous organisez une conférence, une rencontre, un concert...et vous souhaitez occuper un lieu de la paroisse (salle, église, chapelle...), alors merci de remplir ce formulaire de contact.

Cliquez ici