Paroisse St Pierre en Pays Roussillonnais diocèse de GRENOBLE VIENNE (38)

COVID-19 – Historique des homélies et méditations à partir de Septembre 2020

Télécharger le fichier

23ème dimanche de l'Année A

Thierry MERLE (Diacre)

Voici frères et soeurs un ensemble de lectures qui viennent à point nommé pour fortifier notre foi.

Certes, le rappel de la Loi par St Paul, celle des 10 commandements, fait un peu la morale, à une époque où ce terme n'est pas forcément très apprécié. On lui préfère souvent le terme d'éthique. Mais quelques soient les mots employés pour caractériser ces 10 commandements, le fond et la signification sont bien là. Et personne ne peut, en conscience, trouver l'un de ces 10 commandements injustes ou critiquables. Mieux, partout dans le monde où le Christ a été annoncé, les gouvernements successifs d'où qu'ils soient, ont, dans leur pays, adopté une constitution qui recycle plus où moins les tables de la Loi. Une étude rapide des lois adoptées dans les différents pays du monde montre, tel un buvard, le poids des mots qui ont été dictés à Moïse. Pourtant, même si nous connaissons bien ces 10 commandements (tu ne commettras pas d'adultère, tu ne tueras pas, tu honoreras ton père et ta mère…), nous avons tendance à oublier l'introduction qui lui est liée « Je suis ton Dieu qui t'a donné la liberté ! » Certes, cela fait référence à la sortie d'Egypte, mais cela s'adresse à tout homme : je t'ai donné la liberté ! A toi, avec ta conscience, d'appliquer ou non ces commandements.Toute la foi tient de ce mot de liberté, où intérieurement, il n'y a que le coeur qui parle, et personne d'autre, si ce n'est celui qui est tout Autre.

Alors, pour n'avoir de dette envers personne comme nous le dit St Paul, il faut nous reconnaitre pécheurs. Non pas nous lamenter constamment sur ce que nous sommes, mais humblement, reconnaitre notre insuffisance de bien des instants. C'est pour cette raison qu'à chaque messe, nous sommes invités à reconnaître devant le Seigneur que nous sommes pécheurs. Nous le disons avec des mots et des gestes : « Prends pitié de nous, Seigneur ». Nous ne disons pas : « prends pitié de celui qui est à côté de moi parce qu'il est pécheur » mais « prends pitié de moi ». Là nous sommes dans la Vérité, là nous avons besoin du pardon du Seigneur. Humblement.

Et la Vérité, il est bien difficile de la reconnaitre seuls. La foi se transmet, la foi se partage, la foi se vit, au contact de l'autre. « Là où deux ou trois sont réunis », là où ensemble on essaye de dépasser notre personne, notre petitesse, c'est là où nous trouvons notre grandeur. « Puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité » vais-je dire lorsque je verserai un peu d'eau dans le calice ; être unis à la divinité pour prendre modèle s'il était possible à celui qui a tout donné pour nous. A nous, à notre tour, de tout donner ! Il y a tant à faire aujourd'hui !

Frères et soeurs, l'occident est devenu chrétien quand dans le monde de brutes des premiers siècles, ceux qui croyaient au Christ et en son nom, ont pansé les blessures de la société de leur époque. Sommes-nous partants pour faire de même, alors que dans bien des domaines à commencer par le domaine social et familial, nous n'avons rien à envier des difficultés des premiers siècles de notre ère.

Ayons courage, et si vous trouvez votre fardeau déjà lourd, n'hésitez pas : jetez en Dieu tous vos soucis, il prendra soin de vous…

Thierry Merle diacre

Télécharger le fichier

HOMELIE DU 24e DIMANCHE DU T.O. / ANNEE A

Père Basile

Père Basile

La liturgie de ce dimanche nous propose un enseignement sur le pardon.

Le pardon occupe une place importante dans notre vie, car nous sommes tous pécheurs, imparfaits ; nous offensons Dieu et nous nous offensons les uns les autres. Sans pardon, nos groupes et nos communautés sont voués à la destruction.

L'appel à pardonner qui nous est adressé s'enracine dans la miséricorde du Seigneur. Nous avons besoin du pardon de Dieu, mais comment pourrait-il nous pardonner si nous-mêmes nous ne pardonnons pas aux autres, si nous n'entrons pas dans la dynamique du pardon de Dieu?

Déjà l'Ancien Testament montrait le rapport qui existe entre le pardon reçu de Dieu et celui que nous devons accorder à nos frères. Le passage du Siracide lu aujourd'hui montre qu'il est impossible et incohérent de demander le pardon de Dieu et de refuser dans le même temps de pardonner à nos frères : « Si un homme n'a pas de pitié pour un autre homme, son semblable, comment peut-il supplier pour ses propres fautes ? », demande-t-il.

Dans l'Evangile, Pierre demande : « Quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu'à sept fois ? ». Jusqu'où faut-il en fait tolérer le mal que fait l'autre ? La question de Pierre appartient à tout homme, à chaque communauté vivant des conflits. Jésus répond à cette question à l'aide de la parabole du débiteur impitoyable que nous connaissons déjà très bien et qu'il conclut comme suit : « C'est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur ». Ce qui fait parfaitement écho à la première lecture où le sage écrit : « Pardonne à ton prochain le tort qu'il t'a fait ; alors, à ta prière, tes péchés seront remis ».

L'enseignement à tirer de la parabole de ce dimanche est peut-être surprenant, mais il est clair. Si la dureté du serviteur de cette parabole est insupportable, elle exprime une mise en garde pour les pécheurs pardonnés que nous sommes. Nous sommes tous dépendants de la miséricorde de Dieu ; la grâce du pardon que Dieu nous fait doit pouvoir nous rendre capables de miséricorde à l'égard des autres. Mais est-ce possible de tout pardonner ? Direz-vous. Des crimes abominables, par exemple ? Pourra-t-on fermer les yeux sur des injustices les plus flagrantes ? Est-ce possible d'oublier sans peine une blessure profonde causée par un proche ?

C'est difficile, mais sachons que ce que Jésus prône, c'est une voie radicale qui nous libère : le pardon ! « Pardonner, c'est avoir de l'indulgence envers le fautif. Une attitude noble traduisant la capacité du cœur à renoncer à tirer vengeance d'une offense et à privilégier l'amour sur la revanche. C'est une victoire sur la haine qui nous empoisonne la vie. Le pardon généreux demande courage et volonté mais délivre l'esprit des rancœurs qui le gangrènent […]. Le pardon défait les cercles vicieux des représailles sans fin et nous ouvre à l'amour. Il soulage le cœur blessé et baigne l'âme dans l'harmonie avec les proches. Il métamorphose nos relations et transforme notre vie ».

Que faire alors ? Il faut accueillir la responsabilité du pardon. Il s'agit de «par-donner», de «donner au-dessus de» … pour rejoindre Dieu lui-même dans son amour, comme nous le disons en récitant la prière des chrétiens : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ».

Père Basile 13 09 2020

Télécharger le fichier

25 ème Dimanche Temps Ordinaire, année A

Cherchez le SEIGNEUR tant qu’il se laisse trouver. Invoquez-le tant qu’il est proche. Y aurait-il donc des moments où on ne peut le trouver ?

Non. La traduction exacte signifie autant qu'il se laisse trouver, puisqu'il se laisse trouver, c'est-à-dire tout le temps, car Dieu ne cesse de se donner à nous, mais encore faut-il que nous sachions le voir là où il se tient dans le quotidien de notre vie.

Dieu n'est pas dans l'ouragan, la tempête ou le tremblement de terre, il est dans la brise légère.

Il est à nos côtés dans tous nos actes d'amour, quand nous marchons vers la liberté, la vérité, la justice, ce que nous venons de chanter en entrant dans cette eucharistie :

« Dieu qui nous appelles à vivre  Aux combats de la liberté…

Dieu qui nous apprends à vivre  Aux chemins de la vérité…

Fais jaillir en nous l'Esprit. »

Dieu se révèle à nous en nous envoyant son Esprit qui nous permet par ses dons de comprendre la Parole, qui nous permet d'avancer avec discernement et intelligence sur le chemin de la vie, qui nous donne la force d'aimer.

C'est cela l'Amour de Dieu, c'est en cela que Dieu est bon. Il fait grâce à chacun de la totalité de son amour.

Il n'est pas toujours évident de comprendre cette bonté de Dieu dans tous ses dons, sa vérité et sa justice qui transcendent  nos pauvres critères arbitraires.

L’important pour chacun de nous, c’est de reconnaître Dieu comme celui qui nous aime en premier et de nous défaire de nos propres pensées pleines d’égoïsme, de jalousie ou d’ambition. Quand la logique de Dieu est trop différente de la nôtre, la tentation qui nous prend est de contester.

Le peuple Hébreu récrimine contre le Dieu de Moïse, parce qu'il se croit abandonné par Dieu dans le désert ; le fils aîné de la parabole des deux fils est jaloux parce que le père donne le même amour à son frère, ce fils perdu qui a dilapidé tout ses biens ; les ouvriers de la première heure “récriminent” contre le maître de la vigne parce qu'ils s'estiment traités injustement, ils sont enfermés dans l'attitude légaliste des pharisiens, fondée sur la notion de mérite.

Encore une fois, à travers la parabole que nous venons d'entendre, Jésus va nous entraîner dans une autre logique, celle du Père.

« Le royaume des Cieux est comparable au maître d'un domaine qui sortit dès le matin afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne. »

Jésus annonce dès le départ qu'il est question du Royaume auquel Dieu ne cesse de nous inviter et bien sûr l'analogie entre Dieu et le maître de la vigne se comprend aisément.

La vigne a une signification profonde dans toute la Bible. Elle est le symbole de l'Alliance entre Dieu et son peuple dans l'Ancien Testament et pour le Christ la vigne est le signe de la nouvelle alliance, le Royaume de Dieu.

« Allez à ma vigne » ne signifie pas tant venez travailler pour le Royaume, cela veut dire :

« Entrez dans l'Alliance »,

Venez partager l'Alliance avec moi, entrez dans le Royaume de mon Père, venez vivre de son Amour.

Les ouvriers envoyés à la vigne, c'est nous tous. Car le Christ n'a pas d'autres mains que les nôtres pour transformer le monde, pour bâtir le Royaume de Dieu. Les mains du Christ, le regard du Christ, la tendresse du Christ doivent désormais passer par nos mains, nos yeux et notre cœur. Nourrir ceux qui ont faim, vêtir ceux qui sont nus, soigner, visiter, accueillir, pardonner, en un mot aimer, autant de gestes concrets qui vont signifier pour nous une réponse vraie au maître de la vigne qui nous embauche.

C'est le message que le Christ est venu  annoncer à toute l'humanité, avoir part à l'Amour éternel du Père en entrant dans son Royaume dont il nous ouvre dès maintenant les portes par sa résurrection, victoire sur la mort et le péché.

Le maître de la vigne n'attend pas les ouvriers, il va les chercher. “Il sort” du petit matin jusqu'à la fin de la journée. Il va chercher tout le monde, même ceux qui n'ont pas encore entendu parler de lui.

Nous découvrons le visage de Dieu qui nous cherche inlassablement. Il n'est jamais trop tard pour venir à lui. Il nous appelle, nous embauche et nous envoie à tout moment.

Dans le contrat fait avec chacun de ceux qu'il embauche, à chaque heure de la journée il promet de donner ce qui est juste.

Et ce qu'il donne, ce que Dieu nous donne, ce n'est pas un salaire proportionnel au temps de travail, non, c'est la totalité de son amour, à chacun d'entre nous.

Quelque soit le moment de notre vie où nous le rencontrons, où nous nous convertissons en son Amour avec foi et vérité.

La preuve que cela est possible à tout moment, même à l'extrémité de notre vie se trouve dans la Parole de Jésus sur la croix, s'adressant au bon larron. « Ce soir tu seras avec moi au Paradis »

Il est bien le dernier des derniers ce criminel condamné lui aussi à mourir sur une croix.

Et c'est à l'ultime minute que cet ouvrier de la dernière heure va se convertir sous le regard du Christ en croix. Ce dernier deviendra le premier à entrer avec Jésus dans le paradis.        Il reçoit tout de Dieu : partager pour l'éternité son Amour infini.

Dieu est bon, infiniment bon, d'une bonté qui ne fait pas de comptes. Cela veut dire que sa bonté surpasse tout, y compris le fait que nous ne la méritons pas, c'est une grâce donnée gratuitement ; cela veut dire qu'il faut que nous abandonnions une fois pour toutes notre logique de comptables : dans le Royaume des cieux, il n'y a pas de machine à calculer les mérites en les additionnant…

La seule question que Dieu nous posera au soir de notre vie est : Comment as-tu aimé ?

Alors que nous soyons un ouvrier de la première ou de la onzième heure, à nous de savoir entendre cet appel à aimer, la vocation de notre vie de chrétien et de répondre avec force et promptitude en aimant Dieu et nos frères.

Cherchez le SEIGNEUR autant qu’il se laisse trouver. Invoquez-le autant qu’il est proche.

Père Jean Hugues Malraison  20 09 2020