Paroisse St Pierre en Pays Roussillonnais diocèse de GRENOBLE VIENNE (38)

COVID-19 – Historique des homélies et méditations de la Semaine Sainte

Télécharger le fichier

Chers amis du Christ,

Thierry MERLE (Diacre)

Dans le premier tableau, les disciples sont là, entourant le Maître monté sur une ânesse ; étrange cortège en effet… Mais malgré l'enthousiasme de l'instant, malgré les hourras et autres Hosanna de la foule, les disciples sont inquiets… et ils ont raison, car cette foule est changeante. L'histoire est riche en exemples de retournements d'opinion. Les hommes savent mettre rapidement à mort ceux qu'ils ont encensés. Le seul qui ne se fait guère d'illusion ici, c'est bien celui qui la connaît le mieux, lui qui lui a si souvent parlé ; elle qui l'a pourtant si peu écouté…Nous voilà au seuil de cette semaine Sainte, et nous y entrons par le porche que constitue la fête des Rameaux. Il y a beaucoup de monde dans les deux évangiles que nous avons entendu aujourd'hui ; il y a foule autour du Christ pour assister au drame qui se joue. Par la présence de cette foule nombreuse qui s'exprime, et qui tranche avec celle, souvent clairsemée, qui écoutait distraitement l'enseignement du Christ sur les routes de Galilée, on sent bien qu'il y a quelque chose de grave qui va se nouer… Mais à y réfléchir, et à voir nos comportements, ne sommes-nous pas, nous chrétiens, plus souvent que nous ne le pensons, cette foule des Rameaux ? Celle qui acclame aujourd'hui le Christ en jetant manteaux et rameaux sur le passage de cet étrange cortège, et celle qui condamnera, quelques jours plus tard…

Il ne lui a pourtant pas fait de fausses promesses. Il a rappelé, constamment, cette vérité, cette justice et cette grandeur de l'homme dont il était, au nom de Dieu, le messager, et même beaucoup plus : l'incarnation et la présence. Il a guéri les malades, nourri les affamés, relevé les blessés, rendu la vue aux aveugles, donné confiance à ceux qui doutaient d'eux-mêmes. Il a même donné de la joie, lorsque la fête pouvait être ternie ;  et surtout, surtout, il a rendu aux anonymes leur visage et leur nom.

Oui, on le sait : elle changera rapidement d'avis cette foule. En écoutant et en suivant des orateurs au discours sans relief, sans conviction même, et muets comme Pilate qui ne sait comment venir à bout de ce jugement. Mais la foule veut du spectacle, comme nous souvent nous réclamons de gros titres à la presse qui finalement anticipe nos désirs… Cette foule qui réclamera la mort du Christ à grands cris, et qui oublie un peu vite tous les miracles faits pour ceux qui attendaient quelque chose de lui. Tout au plus, lorsque la croix meurtrira son épaule, lorsqu'il tombera par trois fois, et par trois fois lorsqu'il parviendra à se relever au prix de terribles souffrances, cette foule acceptera t'elle de verser quelques larmes, tout en se frayant une place sur les bords du chemin qui va conduire notre Seigneur au calvaire et à la mort.

Ne faisons-nous pas, nous, amis du Christ, encore aujourd'hui, parti de cette foule qui acclame et qui condamne. Tous, à différents niveaux, dans de multiples situations, et sous différents visages.

Et si, dans cette foule d'anonymes et dispersée aujourd'hui, et dont nous sommes, avaient lieu quelques conversions ?

                                                                                                                                                          Thierry MERLE (diacre)

Curé des Paroisse St Pierre en Pays Roussillonnais et Notre Dame des sources en Sanne Dolon

Télécharger le fichier

Chers paroissiens,

En ce jeudi Saint, entrant dans le triduum pascal, prenons le temps de la méditation, de la prière et l'adoration, le temps d'avancer avec Jésus vers la joie de Pâques, la résurrection du Christ, cœur de notre foi.

Confinement, subir le temps ou choisir de le vivre ?

Ces derniers jours, le temps a comme ralenti. Il se fait pesant.

La vie ne s'arrête pas pendant le confinement, ce sont les conditions de la vie qui sont changées.

Ce temps peut être mis à disposition pour nous recentrer sur l'essentiel, sur notre relation à Dieu dans la prière et la lecture de la Parole, sur notre relation aux autres, pour découvrir les signes que Dieu nous fait dans cette épidémie pour transformer notre vie.

Le mercredi des Cendres, nous commencions le carême, 40 jours pour se préparer, se purifier, se tourner vers Dieu et vers les autres. Carême qui s'achève le dimanche des rameaux, ou plutôt que de se terminer vient s'accomplir dans la Semaine Sainte qui commence.    Ce temps nous a permis de nous préparer dans la prière, le jeûne et le partage, à vivre avec le Christ sa passion, sa mort et sa résurrection le jour de Pâques. Carême très particulier cette année, vécu dans le confinement qui bouleverse nos habitudes et notre rythme de vie.

Quel a été notre parcours pendant ce carême, comment l'avons-nous vécu ? Avons-nous pris le temps de vivre les engagements pris au début de notre carême ?

Dimanche des Rameaux : Jésus acclamé, reconnu comme Seigneur, le messie attendu, fils de David, Emmanuel, Dieu avec nous. La foule acclame celui qui entre solennellement dans Jérusalem vient sauver l'humanité, la libérer de l'esclavage du péché et de la mort.

Mais cette foule est versatile, comme nous le sommes souvent, et retournera sa parole.

Ceux qui acclament Jésus avec leurs rameaux, « Hosanna au Fils de David », crieront « à mort, crucifie-le » le vendredi saint.

Cela nous place chacun au cœur de notre faiblesse, de la fragilité de notre foi, de notre reniement.

Jeudi saint : Jésus serviteur, le plus petit, le plus humble ; Jésus Eucharistie

Jésus serviteur qui s'abaisse aux pieds de ses apôtres, qui prend soin du corps des apôtres en leur lavant les pieds avant le repas et nous montre ainsi le chemin du service de notre prochain, comment être toujours et partout attentif à tous nos frères, proche du malade, de l'isolé, du plus précaire, comment toujours plus aimer, aimer Dieu et aimer nos frères, les deux plus grands commandements donnés par le Christ.

Jésus eucharistie qui se donne dans le pain et le vin au cours du repas de la Cène, corps livré et sang versé, nourriture pour le salut de toute l'humanité, pour les siècles des siècles.

Jésus médecin des corps, médecin des âmes.

Vendredi saint : Jésus souffrant, Jésus crucifié.

Jésus victime innocente, jugé, condamné à mort qui souffre sa passion sous les coups de ses bourreaux et qui porte sur ses épaules le bois de la croix, poids de tout le péché de l'humanité, poids de mon propre péché.

Jésus crucifié qui meurt sur la croix, abandonné de la plupart des siens, renié par les plus fidèles ; Jésus victime innocente offrant sa vie pour le salut de tous, qui se donne par amour pour toute l'humanité, par amour pour chacun d'entre nous, sublimation de l'Amour.

Samedi Saint : Jésus repose dans la mort, l'humanité pleure et prie.

Pâques : Jésus glorieux, Jésus ressuscité sauveur du monde

Jésus ressuscité, Jésus le Vivant, sorti du tombeau vainqueur de la mort et du péché, Jésus sauveur, Jésus glorieux, roi de l'univers.

Jésus qui apparaît de nombreuses fois à ses apôtres et ses proches, témoignant de la vérité de sa résurrection.

Jésus qui s'élève dans sa gloire et monte vers son Père, d'où il nous envoie l'Esprit Saint pour nous guider, Jésus qui reviendra dans cette même gloire lorsque les temps seront accomplis pour nous emmener avec Lui dans le Royaume de Dieu.

Oui, le Christ est ressuscité, il est vraiment ressuscité ! 

Que chacun puisse vivre intensément ce triduum pascal malgré le confinement, en suivant les célébrations liturgiques à travers les médias, unis les uns aux autres par la prière.

Soyez assurés de la prière des prêtres et diacres qui prient et célèbrent pour vous.

Bonne et sainte montée vers Pâques.

Père Jean-Hugues MALRAISON le 9 avril 2020

HOMÉLIE DU JEUDI SAINT 2020

Père Basile

Père Basile

Télécharger le fichier

Au cours de la Messe de la Cène du Seigneur, le dernier repas du Christ avec ses Apôtres la veille de sa mort sur la Croix, « l'Eglise commémore [trois choses] : l'institution de l'Eucharistie, le sacerdoce ministériel et le commandement nouveau de la charité, laissés par Jésus à ses disciples » (Benoît XVI). Je voudrais axer cette brève méditation essentiellement sur l'institution de l'Eucharistie et sur le don du commandement nouveau de la charité.

L'institution de l'Eucharistie par Jésus souligne un aspect capital de la messe, à savoir qu'elle est un sacrifice. Chaque fois que nous célébrons la sainte messe, chacun de nous est rendu contemporain de la Croix du Christ. L'Eucharistie « rend présent et actualise le sacrifice que le Christ a offert à son Père, une fois pour toutes, sur la Croix, en faveur de l'humanité » (Catéchisme de l'Eglise Catholique). A ce titre, Jésus est l'Agneau de la Pâque nouvelle, qui rappelle l'agneau dont Dieu s'était servi pour réaliser la libération du peuple juif de l'esclavage. Jésus est la victime pour nous libérer de l'esclavage du péché, il est le « pain rompu pour un monde nouveau ». En instituant le saint sacrifice de la messe le Jeudi saint, Il a dit : « Faites cela en mémoire de moi ». Par ces paroles, il s'est donné à nous qui sommes son Eglise dans la confiance, par amour, sans distinction aucune. Sous les espèces du pain et du vin, Il se rend présent avec son corps donné et avec son sang versé.

Il nous faut accueillir avec joie et dans l'action de grâce ce don offert par amour pour le salut du monde. Même lorsque nous suivons la messe de loin en cette période particulière de confinement. Au moment de la communion, nous pouvons faire une communion spirituelle en récitant par exemple cette belle prière que le pape François nous a proposée le 21 mars dernier : « Mon Jésus, je crois que tu es réellement présent dans le Très-Saint Sacrement de l'autel. Je t'aime par-dessus toute chose et mon âme te désire. Puisqu'à présent je ne peux pas te recevoir de façon sacramentelle, viens au moins spirituellement dans mon cœur. Et comme tu es venu, je t'embrasse et je m'unis entièrement à toi. Ne permets pas que je sois jamais séparé de toi ».

L'Evangile du Jeudi saint nous révèle une caractéristique importante du sacrement de l'Eucharistie. Saint Jean, à la différence des autres évangélistes qui relatent l'institution de l'Eucharistie, rapporte, à la place, l'épisode du lavement des pieds par Jésus, qui « aima les siens jusqu'au bout » (Jn 13, 1b). Comme pour dire qu'on ne peut pas comprendre l'Institution de l'Eucharistie sans entrer dans la logique de l'Amour. L'Amour conduit à se donner. C'est sa caractéristique principale […] L'Eucharistie, autre forme du don de Jésus, est la plus haute manifestation ici-bas sur terre de l'Amour. Par conséquent, tous ceux qui fréquentent ce sacrement, en le recevant physiquement, spirituellement, en l'adorant, ont accès à la plus haute source de l'Amour qui se déverse sur le monde et dans nos vies ». Remplis de l'amour de Jésus, nous devons, nous aussi, comme lui, nous laver mutuellement les pieds, c'est-à-dire nous rendre mutuellement service, car « C'est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j'ai fait pour vous » (Jn 13, 15).

L'épreuve que nous traversons en cette période peut être l'occasion pour nous de percevoir cet appel à la charité. Comme nous l'a récemment rappelé le pape François, à l'occasion de la bénédiction ‘‘à la ville et au monde'', nous sommes « tous appelés à ramer ensemble, tous ayant besoin de nous réconforter mutuellement […] Le Seigneur nous invite à réveiller puis à activer la solidarité et l'espérance capables de donner stabilité, soutien et sens en ces heures où tout semble faire naufrage. Le Seigneur se réveille pour réveiller et raviver notre foi pascale ».

Père Basile

MEDITATION DU VENDREDI SAINT. LA PASSION DU SEIGNEUR

Télécharger le fichier

Père Davy

Père Davy

Isaïe (52, 13-53,12). Psaume 30 (31). Hébreux 4, 14-16 ; 5, 7-9. Jean 18, 1-19,4

THEME : La Croix du Christ :

Chemin du Salut révélé, Vérité de l'Amour témoignée, Vie de Dieu livrée.

Pour méditer et élargir l'horizon confiné de notre actualité.

« Ils lèveront les yeux vers celui qu'ils ont transpercé »

Au pied de la croix, les yeux levés vers le crucifié, entrons tous dans l'infini mystère de notre délivrance. Contemplons Jésus accomplir le dessein du Père. De notre regard, suivons-le dans le passage de son Heure où tout bascule. L'Heure Sainte de la Passion. L'Heure grave qui change le cours des événements. L'Heure H où la parole et le bruit se taisent pour laisser entendre le recueillement et le silence.

Silence qui préside à tout commencement et à toute fin de vie. Silence qui travaille toute nature dans son être, sa croissance et son mouvement. Silence qui octroie à notre âme la force de désirer dans la foi, à notre cœur la grâce de contempler dans l'amour, à notre esprit la sagesse de savourer dans l'espérance les fruits de la rédemption.

En ce jour du Vendredi Saint, « les yeux fixés sur Jésus » le crucifié-transpercé, nous sommes placés dans cette expression vitale et fondamentale de l'Eglise : la Prière. Prière d'adoration, de vénération et de supplication. Prière nourrie de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Jean.

Jésus, Serviteur souffrant, abandonné des hommes, homme des douleurs, défiguréhumiliédépouilléméprisé (1ère lecture), Lui, le Fils de Dieule grand prêtre par excellence qui intercède pour nous, dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu,  (2ème lecture), nous introduit dans la communion avec le Père. C'est-à-dire dans la grande prière avec le Père pour toujours. Il nous fait donc avancer avec assurance vers le trône de la grâce. Sa mort signe ainsi l'offrande de toute l'humanité dans la gloire de Dieu : ô Père, en tes mains, je remets mon esprit (Ps 30).

Voilà qui est à saisir et à ressaisir ! Voilà qui est à méditer et à approfondir dans l'horizon confiné de notre actualité : la mort sur une croix, humiliation infligée, est à la lumière de Jésus, (par Lui, avec Lui et en Lui), signe de gloire et d'élévation ; mieux Chemin du Salut révélé, Vérité de l'Amour témoignée, Vie de Dieu livrée.

La Croix : Chemin du salut révélé. La croix est le passage qui conduit au salut. Sur la croix et par elle, la révélation de Jésus : « Je suis le chemin » trouve tout son sens et sa signification. Car ici, sur la croix… de son côté sortit du sang et de l'eau (Jean 19, 31.34), se donne et se reçoit le salut de Dieu. Par le moyen du sang et de l'eau, sacrement du sacrifice de la croix, l'humanité est sauvée, libérée et délivrée.

La Croix : Vérité de l'Amour témoigné. La croix est le lieu lumineux où l'Amour est dit totalement et pleinement. Sur la croix et par elle, la proclamation de Jésus : « Je suis la vérité » est plus que jamais témoignée, authentifiée. En ce lieu de la croix, nous avons, de manière éloquente, toute l'explication de la réponse de Jésus à Pilate : « Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité » (Jean 18, 37), la Vérité du cœur de Dieu : l'Amour. Puisque Dieu est Amour.

La Croix : Vie de Dieu livrée. Avec la croix du Christ, Dieu se donne, Dieu s'offre. C'est la vie de Dieu livrée. Sur la croix et par elle, la déclaration de Jésus : « Je suis la vie » est désormais confirmée et réalisée. C'est bien à la croix que la parole de Pilate : « Voici l'homme ! » (Jean 19, 5) prend toute la mesure de son actualité et l'acuité de sa résonnance au-delà des limites du contexte. Jésus, Vie de Dieu livrée pour le monde, hier, aujourd'hui et demain.

 

  1. Pour prier, entrer en dialogue et aller plus loin.

« Ils lèveront les yeux vers celui qu'ils ont transpercé »

En gardant à l'esprit la méditation qui précède, quel sens ce passage de l'Ecriture trouve-t-il dans ma vie présente marquée par les soubresauts d'une pandémie qui affecte les capacités de l'esprit à s'élever et brise tout élan ?

En ces temps d'incertitudes et de grandes surprises, ce passage me donne et me fait-il encore signe, à la manière d'être et d'agir chrétiennement ?

Dans ma situation actuelle de confinement qui génère interrogations pour demain dans un aujourd'hui inquiétant, quelle place je donne à la prière ?

Dans ce contexte où le monde virtuel de l'image remplace le monde réel des corps, quel sens accorder à la contemplation de la croix et à l'adoration de Dieu en esprit et en vérité ?

Ce passage ! Que me dit-il de mon regard ? Ai-je le regard levé au ciel ou baissé contre terre ? (Le regard levé au ciel, j'entends bien, est celui qui se pense et se repense, s'invente et se réinvente, se ressource et prie. Cependant, le regard baissé contre terre est celui qui se fige, se laisse glisser, se lâche et se résigne, se ferme et s'enferme).

Comment je continue dans ce contexte de Covid19 comme une passion qui dure, à garder foi, espérance et amour en Jésus, vrai-Dieu et vrai-homme, Crucifié ? De quelle manière, je peux regarder la Croix de Jésus : Chemin du salut révélé, Vérité de l'Amour témoignée, Vie de Dieu livrée ?

Que notre regard en soit un de silence, un d'appel, un de confiance. Comme le psalmiste : En toi, Seigneur, j'ai mon refuge…Moi je suis sûr de toi…je dis : « tu es mon Dieu ! ». Mes jours sont dans ta main : délivre-moi des mains hostiles qui s'acharnent… (Ps 30).

Père Davy

Télécharger le fichier

HOMÉLIE DE LA VEILLÉE PASCALE – ANNÉE A – Matthieu 28,1-10)

Bernard BUISSON – Diacre

« Au matin de Pâques, premier jour de la semaine, Dieu a ressuscité Jésus »

Le fils de Dieu, Dieu lui-même, après une vraie vie d'homme a été mis à mort. Et, alors qu'il était depuis trois jours au tombeau, voici que deux femmes, celles-là même qui étaient au pied de la croix, sont les témoins d'une scène incroyable : un grand tremblement de terre, puis un ange roule la lourde pierre qui fermait le tombeau, s'assoit dessus, et leur parle : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus, le Crucifié. Il n'est pas ici, car il est ressuscité, comme il l'avait dit. »

Même si les détails varient d'un évangéliste à l'autre, tout cela nous est bien connu. Comme sont bien connus les récits que nous avons entendus dans les lectures de cette veillée. C'est précisément parce que nous les connaissons bien, que nous risquons de banaliser cette histoire du Peuple de Dieu et de la lire comme un récit historique, une sorte de thriller au dénouement heureux.

Ces récits, et bien d'autres, que nous livre la Bible disent Dieu à travers l'histoire de son peuple.  Ils disent aussi notre histoire, à nous hommes et femmes d'aujourd'hui. Celle de l'humanité avec laquelle Dieu a fait alliance.

Le Dieu qui nous a créés, n'est pas le grand horloger, dixit Voltaire, qui, une fois la création achevée le 6ème jour, la laisse aller à « vau-l'eau » Dieu est partie prenante, solidaire de la vie des hommes qu'il a créés, Il la poursuit avec eux. Il se définit comme « je suis ». Celui qui était, qui est, et qui sera. Il nous guide, comme Il a guidé Moïse à travers le désert, pour nous conduire à la liberté, nous libérer de l'esclavage du mal. Même si pour nous la route est cahoteuse, c'est toujours le bien qu'Il fera triompher pour nous. Le Dieu qui nous crée sans cesse, veut notre bonheur. II nous comble de biens, à notre insu. « Ecoutez ma parole et vous vivrez ». Il nous relève nous remet debout, nous ressuscite. Dieu a parlé à ce peuple à la nuque raide, mais Il ne s'est pas montré. Alors Il s'est donné à voir en Jésus-Christ. Par son incarnation, Dieu a concrètement rejoint notre histoire, l'histoire des Hommes. Il a fait alliance avec l'humanité. Cette alliance est scellée en Jésus Christ. Jésus est fils de Dieu : Nous sommes fils de Dieu par le baptême. Jésus est mort : nous mourrons Jésus est ressuscité : Nous ressusciterons au jour que Dieu a choisi à la fin des temps.

Le tombeau vide n'est pas une preuve de la Résurrection mais il est un signe, un signe qui suscite la foi, un signe d'espérance car l'homme n'est pas voué au néant, mais à la vie. La résurrection du Christ annonce la notre : « Si le Christ n'est pas ressuscité dit saint Paul, notre foi est vaine et vaine est notre espérance. » Le Christ en passant de la vie à la mort, des ténèbres à la lumière, a fait de nous des vivants. Il nous a ouvert une voie d'Espérance. Le risque pour nous, Hommes de peu de foi, c'est que cet évènement soit considéré comme parallèle à notre vie, alors qu'il en est l'essence. Il en donne le sens. L'emploi du passé pour dire la résurrection accentue encore ce risque. Le Christ n'a pas seulement été ressuscité, IL EST RESSUSCITE ; IL EST VIVANT. Il ressuscite tous les jours, et nous avec lui. La résurrection n'est pas un acte isolé. C'est toute l'humanité qui bénéficie de ce don gratuit de Dieu : son amour.

A travers l'épidémie du Coronavirus que nous vivons actuellement, Dieu nous fait signe.  Pour porter notre fardeau, certes.  Mais peut être aussi pour nous parler, et nous dire que nous faisons fausse route : Que notre science si puissante si nécessaire doit servir le bien de l'humanité et non son dévoiement ; que la nature, environnementale et humaine, si merveilleuse, si riche, si forte dans sa résilience, ne peut pas être provoquée impunément, sauf à se rebeller et à reprendre ses droits originels. C'est chaque jour, à chaque instant que le tombeau est vide, que le Christ nous relève en se relevant. C'est chaque jour, à chaque instant qu'il nous envoie en Galilée, là où tout a commencé, au carrefour des nations, là où Il nous attend pour nous dire : « je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps ». Amen

Bernard BUISSON – Diacre

Télécharger le fichier

Homélie du jour de Pâques – V2

Christ est ressuscité, Alléluia, Il est vraiment ressuscité Alléluia !

C'est par cette acclamation que les chrétiens se saluent le matin de Pâques et annoncent au monde la résurrection du Christ.

Cet évènement unique dans l'histoire de l'humanité, aussi incroyable qu'il pourrait paraître est le cœur de notre foi, oui, Jésus mort sur le bois de la croix est bien sorti vivant de la mort.

Nous le savons et le croyons grâce au témoignage des apôtres et des témoins de cette résurrection, transmis dans les Ecritures.

Dans le récit de l'Evangile de St Jean, lu le matin de Pâques, nous voyons d'abord que « Marie-Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c'était encore les ténèbres.

Elle s'aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. »

Elle venait s'occuper du corps de Jésus mort et l'embaumer, elle ne peut encore croire en la résurrection, c'est toujours les ténèbres, la lumière du Christ vainqueur de la mort et du péché ne l'a pas encore éclairée. C'est pourquoi elle reste extérieure à l'évènement, elle constate de loin l'ouverture du tombeau et retourne à Jérusalem pour prévenir les apôtres.

Ainsi elle est toute bouleversée, croyant que quelqu'un est venu dans la nuit enlever le corps du tombeau, malgré la grosse pierre roulée devant. Il lui faudra du temps et le témoignage des apôtres pour croire en la résurrection.

Apprenant cela de Marie-Madeleine, Pierre et le disciple que Jésus aimait, Jean, se précipitent pour voir ce qu'il en est. Eux aussi n'ont pas encore compris. Jean arrive le premier au tombeau : « En se penchant, il s'aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. » Jean attend l'arrivée de Pierre et laisse l'ancien pénétrer avant lui.

Pierre arrivé devant le tombeau entre et regarde : « il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part, à sa place »

Pierre constate que le tombeau est vide ne contenant plus que les linges pliés et le suaire roulé. Mais aucun cri, aucune réaction dans l'instant. Il ne croit pas tout de suite à la résurrection. Nul doute qu'il s'est alors posé mille questions, mais il n'a pas encore la réponse, il ne fait pas le lien avec les annonces que Jésus avait faites de sa résurrection.

Il reste à la porte, à la frontière de la résurrection.

Sa foi en Jésus, pourtant grande, lui qui l'a professée devant Jésus, « mon Seigneur et mon Dieu », ne va pas encore jusque-là.

Jean lui, va plus loin. Il entre dans le tombeau. Il ose aller de l'avant. « Il vit, et il crut ».

A l'instant où il pénètre Jean comprend la réalité. Il voit la même chose que Pierre, mais il ne doute pas de ce que le Christ avait annoncé, oui pour lui Jésus est vivant, bien vivant. L'absence dit la présence du Christ vivant.

Nul doute que Jean est alors rempli de l'Esprit Saint, pas besoin d'autres preuves matérielles pour étayer sa foi, le tombeau vide l'éclaire.

C'est parce que Jean a cru que l'Ecriture s'est éclairée pour lui : parce que, tout d'un coup, il donne sa foi, sans hésiter, alors tout devient clair : il relit l'Ecriture autrement et elle lui devient lumineuse.

Alors, n'en doutons pas, en voyant comment Jean est illuminé par ce qu'il a vu et compris,

Pierre à son tour croit que le Christ est bien vivant et il n'aura alors de cesse que de l'annoncer à tous, encore plus lorsqu'il recevra l'Esprit-Saint à la Pentecôte.

En ce matin de Pâques cet évènement pourrait nous paraître tout aussi incroyable, mais l'Esprit Saint vient nous éclairer nous aussi à l'intelligence des Ecritures, et nous donner la foi. Le christ qui a porté sur lui tout le poids du péché de l'humanité, mort sur le bois de la croix, est ressuscité d'entre les morts, il est sorti vainqueur du tombeau. Puissions-nous, comme St Jean, comme St Pierre et les apôtres, comme les femmes de l'entourage de Jésus croire nous aussi que le Christ est vivant en ce matin de Pâques, vivant pour l'éternité, élevé dans la gloire auprès de Dieu son Père. En ce matin de Pâques ne restons pas extérieurs à la résurrection, ou seulement les yeux entre-ouverts, mais entrons avec foi et avec joie dans la réalité de Pâques.

Laissons-nous éclairer par l'Esprit-Saint pour affirmer :

Christ est ressuscité, Alléluia, Il est vraiment ressuscité Alléluia !

                                                                       Père Jean Hugues MALRAISON